Informations générales

Bref historique de l'Université

Le 11 octobre 1458 et ensuite le 9 mai 1464, au lendemain de la pacification ou plutôt de la capitulation, après que les habitants de l’Aquila eurent apporté leur soutien aux derniers Angevins, la ville de l'Aquila demanda au roi Ferdinand d'Aragon l’autorisation de créer un Studium semblable à ceux qui existaient à Bologne, Sienne et Pérouse. Le roi satisfit à cette requête mais, faute de documentation, il semble que la Commune n’ait pas fondé ce “Studium”. En revanche, il est attesté que les habitants de l’Aquila allaient étudier le droit civil et le droit canonique au “Studium” de Pérouse, aussi bien avant qu’après cette requête (par exemple.: frà Giovanni da Capestrano et Berardino di Ludovico, neveu du chroniqueur Francesco d'Angeluccio di Bazzano, obtinrent leur doctorat en 1474)

Au cours des dernières années du XVIe siècle, à partir de 1596, les Jésuites dispensèrent l’enseignement supérieur dans leur collège. A la suite du décret de 1767 qui expulsa les Jésuites du Royaume, L'Aquilanum Collegium, devint Collège Royal ; en 1785 furent ajoutés aux chaires de théologie, philosophie et histoire, mathématiques, littérature classique et langue grecque des enseignements scientifiques tels que la chimie, l’anatomie et la médecine théorique et pratique, puis en 1792 la chirurgie et l’obstétrique. Mais, par décret du 30 mai 1807, Joseph Bonaparte, réorganisa les Collèges Royaux, supprima celui de l’Aquila et en ouvrit un dans le monastère de S. Spirito del Morrone, près de Sulmona.

A peine 7 ans plus tard, le 21 août 1814, on inaugura à l’Aquila une école supérieure pour tous les Abruzzes comprenant également l’enseignement universitaire de la médecine, école fondée par Joachim Murat, beau-frère de Napoléon. Tout juste après la Restauration, par décret du 14 janvier 1817, le roi Ferdinand décida l’ouverture à l’Aquila, comme à Bari, Salerne et Catanzaro, d’un Lycée Royal où l’on enseignât le droit, l’anatomie et la physiologie, la chirurgie et l’obstétrique, la chimie et la pharmacie, la médecine légale ainsi que différentes autres sciences. Par décret du 3 décembre 1874, les étudiants purent obtenir le certificat d’aptitude à l’exercice de la pharmacie, de la “petite chirurgie” et de l’arpentage au Lycée Royal de l’Aquila, alors qu’ils passaient leur thèse à l’Université de Naples, dont dépendaient les lycées. Cette mesure entraîna une réduction considérable du nombre des étudiants de l’école de l’Aquila qui avait été transformée en 1861 en Ecole Universitaire de Pharmacie, Notariat et Petite Chirurgie. Le décret royal du 30 septembre 1923 mit fin pour des raisons financières aux écoles universitaires.

Ce n’est qu’au cours de l’été 1949 que Vincenzo Rivera, professeur d’agronomie, Académicien italien, membre de la Constituante et plusieurs fois élu au Parlement, eut l’initiative de créer des cours universitaires d’été qui furent suivis essentiellement par des étudiants des Abruzzes inscrits à l’Université de Rome. Le succès de ces cours permit de jeter les bases de la fondation d’une Université Libre de l’Aquila, soutenue par des collectivités locales et d’autres institutions. Le 15 décembre 1952 furent inaugurés les cours de l’Institut Universitaire du “Magistero”. On doit également à Vincenzo Rivera la naissance de l’ Observatoire d’ Astronomie de Campo Imperatore, sur le Gran Sasso d'Italia, à 2200 mètres d’altitude, ainsi que de l’Observatoire et du jardin Botanique d’altitude, de l’Observatoire Géodynamique, de l’Observatoire National des phénomènes magnétiques et du Musée de Paléontologie. C’est au Professeur Paride Stefanini que l’on doit en revanche la création de l’Institut Supérieur de Médecine.

A partir de l’année universitaire 1982-1983 les Facultés de “Magistero”, Médecine et Chirurgie, la Faculté d’Ingénieurs et de Sciences Mathématiques, Physiques et Naturelles, qui formaient l’Université Libre de l’Aquila, fondée par décret du Président de la République le 18 août 1964, devinrent Universités d’Etat. En 1991 s’ajouta à ces facultés la Faculté d’Economie et en 1993, la Faculté du “Magistero” se transforma en Faculté de Lettres et de Philosophie. En 1996 fut créée la nouvelle Faculté de Sciences de l’Education et en 1999 celle des Sciences du Sport.

La Faculté de Sciences de l’Université de l’Aquila gère: 1) le Jardin Botanique Alpin : situé à proximité de la gare d’arrivée du téléphérique du Gran Sasso, il offre, sur une étendue de 3000 mètres carrés, une variété de plantes des montagnes du Gran Sasso, des endémismes du centre des Apennins, des plantes résiduelles des Alpes, des plantes originaires de l’est des Balkans et des plantes médicinales; 2) le Jardin Botanique : situé près de la basilique Collemaggio, il présente sur 5,5 hectares, des graminacées, des légumineuses, des plantes hydrophiles et des plantes officinales.

L’activité scientifique et didactique du Département de Physique de l’Université est rattachée au laboratoire souterrain de Physique Nucléaire du Gran Sasso. Les laboratoires de l’Institut National de Physique Nucléaire ont été réalisés dans les années quatre-vingt à côté du tunnel de l’autoroute qui traverse le massif du Gran Sasso; ils sont protégés par 1400 mètres de roche et on y effectue des recherches d’astrophysique, de cosmologie, de physique nucléaire et de géophysique.

Les Départements sont en relation avec des centres de recherche du monde entier, avec lesquels ils effectuent des échanges culturels et scientifiques. De nombreuses recherches sont réalisées en interaction avec les réalités productives des secteurs de la haute technologie; c’est ainsi que des rapports de collaboration scientifique ont été instaurés avec une importante industrie de ce secteur, la “Dompé”, qui a créé à l’Aquila un centre de production et un centre de recherche important; il en va de même de l’ “Ecole Supérieure Reiss Romoli” qui représente dans le secteur des télécommunications un des centres de recherche et d’enseignement les plus avancés et les plus sophistiqués d’Europe aujourd’hui.

zurük